Climate Science Glossary

Term Lookup

Enter a term in the search box to find its definition.

Settings

Use the controls in the far right panel to increase or decrease the number of terms automatically displayed (or to completely turn that feature off).

Term Lookup

Settings


All IPCC definitions taken from Climate Change 2007: The Physical Science Basis. Working Group I Contribution to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Annex I, Glossary, pp. 941-954. Cambridge University Press.

Home Arguments Software Resources Comments The Consensus Project Translations About Donate

Twitter Facebook YouTube Pinterest

RSS Posts RSS Comments Email Subscribe


Climate's changed before
It's the sun
It's not bad
There is no consensus
It's cooling
Models are unreliable
Temp record is unreliable
Animals and plants can adapt
It hasn't warmed since 1998
Antarctica is gaining ice
View All Arguments...



Username
Password
Keep me logged in
New? Register here
Forgot your password?

Latest Posts

Archives

La glace de l’Antarctique (ou de l’Arctique) augmente

Ce que dit la science...

Les mesures effectuées à partir des images satellites démontrent qu’il y a plus de glace dans les mers entourant l'Antarctique. Toutefois, ces mêmes images  démontrent que la glace  recouvrant les terres du Pôle Sud diminue à un rythme accéléré ce qui a pour conséquence d'élever le niveau des mers.

L'argument sceptique...

« La quantité de glace qui entoure l'Antarctique a atteint son plus haut niveau en près de 30 ans soit depuis que les satellites ont commencé à la surveiller. C'est tout simplement trop froid pour qui pleut en Antarctique et ça va rester comme cela pendant encore très longtemps. Ce qu’il faut retenir c’est que la glace qui entoure l'Antarctique va rester là pour de bon."
(Patrick J. Michaels associé senior en études  environmentales au CATO Institute et auteur de Meltdown: The Predictable Distortion of Global Warming by Scientists, Politicians, and the Media.

L’argument des sceptiques selon lequel l'Antarctique  possède de plus en plus de glace repose sur une erreur d'omission, à savoir que la différence entre les glaces terrestres et maritimes est ignorée.

En glaciologie, nous apprenons que tout n'est pas créé de manière équivalente particulièrement lorsqu’il est question des glaces de l'Antarctique. Prenons en considération les différences entre les glaces terrestres et maritimes de l’Antarctique. Les terrestres sont composés de glace accumulée depuis des milliers d'années sur le sol de l'Antarctique grâce aux chutes de neige. Cette glace terrestre est essentiellement composée d’eau de mer qui, une fois évaporée dans l’atmosphère, retombe sur le continent sous forme de précipitation. La glace maritime de l'Antarctique est quant à elle différente : elle se forme dans l'eau salée principalement durant les mois d'hiver. En Antarctique, le couvert de glace maritime s’amplifie durant l'hiver pour ensuite fondre presque complètement pendant l'été (Figure 1).

C'est d’ailleurs une différence importante entre les glaces des mers de l’Antarctique et de l'Arctique. Les glaces de l’océan Arctique peuvent durer toute l'année (c’est de moins en moins vrai en raison du réchauffement de l’Arctique). Ainsi, même s’il y a des augmentations au cours des mois d'hiver et des diminutions durant les mois d'été, le couvert de glace demeure présent à longueur d’année.  Cette surface est, en outre, composée en bonne partie des glaces accumulées au cours des années qui ont précédé.(Figure 1)

Essentiellement la banquise arctique est donc plus importante pour l'équilibre énergétique de la Terre. C’est que lorsqu’elle fond, la lumière solaire peut être davantage absorbée par les océans. Les glaces des mers de l’Antarctique fondent, quant à elle, normalement chaque été et laissent, de ce fait, le bilan énergétique de la Terre, inchangé.

 

Figure 1: Couvert de glaces des mers l'Arctique (dessus) et Antarctique (bas) selon les seuils minimums et maximums observés l'été et l’hiver
Source: Snow and Ice Data Center

 

Il faut également faire attention aux interprétations hâtives lorsqu’il s’agit d’étudier l’évolution des glaces des mers entourant le Pôle Sud. Le fait que cette glace ait augmenté régulièrement ces dernières années ne doit pas être perçu comme une preuve réfutant l’existence des changements climatiques. Les glaces des mers de l’Antarctique augmentent pour diverses raisons. Deux de ces explications sont les plus acceptées :

  1. Les niveaux d'ozone au dessus de l'Antarctique ont chuté. Ce phénomène  amène la stratosphère à se refroidir et augmente les vents qui amènent les zones d'eau libre à se refroidir et a congelé (Gillet 2003, Thompson 2002, Turner 2009).

 

  1. L'océan Austral est rafraîchi en raison de l’augmentation des précipitations pluvieuses qui augmente à son tour le ruissellement des glaciers. Cela modifie la composition des différentes couches d’eau dans l'océan et il limite l’effet réchauffant que les couches d'eau chaude avaient sur les couches d’eau froide. Ce faisant l’océan Austral demeure plus froid et la glace de mer fond moins. (Zhang 2007).

En fait, les débats entourant le couvert de glace des mers encerclant l’Antarctique sont peu utiles. Il est en effet clair que lorsqu’il s’agit de mesurer les impacts des changements climatiques au Pôle Sud, la glace sur la mer n'est pas la chose la plus importante à mesurer.  Il faut plutôt s’attarder à la masse de glace la plus importante soit la calotte glacières de l’inlandsis de l'Antarctique et celle de l'Antarctique Est. La question à laquelle il importe de répondre consiste à déterminer de quelle manière la glace terrestre de l’Antarctique évolue.

Les estimations récentes relatives à l’évolution de la calotte glacière terrestre de l’Antarctique (Figure 2) varient. Ainsi, selon les études, le chercheur évalue que l’Antarctique perd entre 100 Gigatonnes (Gt) par an à plus de 300 Gt par an. Parce qu’une diminution de 360 Gt/an représente une élévation annuelle du niveau des mers de 1 millimètre (mm) par an, ces estimations récentes laissent apparaître une hausse du niveau des mers de 0,27 mm à 0,83 mm par an en raison de la fonte des glaces de l'Antarctique. Certes, les méthodes de mesures varient et les résultats obtenus en font autant. Toutefois, malgré les différentes de techniques utilisées (plus d’info dans nos sources), les résultats démontrent tous la même chose, l'Antarctique perd, dans son ensemble, de la glace, et ces pertes s'accélèrent rapidement.

 

Figure 2: Estimations de Total de l'évolution glaciaire sur les terres de l'Antarctique et de sa contribution approximative au niveau de la mer à l'aide de nombreuses techniques de mesure différentes. Adapté à partir du diagnostic de Copenhague. (CH = Chen et coll. 2006, WH = Wingham et coll. 2006, R = Rignot et coll. 2008b, CZ = Cazenave et coll. 2009 et V = Velicogna 2009)

Sources

 

http://www.skepticalscience.com/Part-2-How-do-we-measure-Antarctic-ice-changes.html

How do we measure Antarctic ice changes?

http://www.copenhagendiagnosis.org/ ou le rapport complet sur :

http://www.ccrc.unsw.edu.au/Copenhagen/Copenhagen_Diagnosis_HIGH.pdf

The Copenhagen Diagnosis: Climate Science Report

 

http://tamino.wordpress.com/2010/07/28/sea-ice-curiosity/

Sea Ice Curiosity

 

http://www.nasa.gov/topics/earth/features/antarctic_melting.html

What's Holding Antarctic Sea Ice Back From Melting?

Translation by Claude Lachance, . View original English version.



The Consensus Project Website

TEXTBOOK

THE ESCALATOR

(free to republish)

THE DEBUNKING HANDBOOK

BOOK NOW AVAILABLE

The Scientific Guide to
Global Warming Skepticism

Smartphone Apps

iPhone
Android
Nokia

© Copyright 2014 John Cook
Home | Links | Translations | About Us | Contact Us