Climate Science Glossary

Term Lookup

Enter a term in the search box to find its definition.

Settings

Use the controls in the far right panel to increase or decrease the number of terms automatically displayed (or to completely turn that feature off).

Term Lookup

Settings


All IPCC definitions taken from Climate Change 2007: The Physical Science Basis. Working Group I Contribution to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Annex I, Glossary, pp. 941-954. Cambridge University Press.

Home Arguments Software Resources Comments The Consensus Project Translations About Donate

Twitter Facebook YouTube Pinterest

RSS Posts RSS Comments Email Subscribe


Climate's changed before
It's the sun
It's not bad
There is no consensus
It's cooling
Models are unreliable
Temp record is unreliable
Animals and plants can adapt
It hasn't warmed since 1998
Antarctica is gaining ice
View All Arguments...



Username
Password
Keep me logged in
New? Register here
Forgot your password?

Latest Posts

Archives

Le climat a cessé de se réchauffer en 1998.

Ce que dit la science...

L'argument sceptique...

"De 1998 à 2005, la température n'a pas augmenté. Cette période coïncide avec la société a continué de pompage de plus de CO2 dans l'atmosphère."
(Professeur Bob Carter, géologue à l'Université James Cook, Australie engagé dans la recherche paléoclimatique 2006)

Le climat ne s’est pas refroidi depuis 1998. Même si nous ignorons les tendances à long terme et prenons en considération seulement les années pendant lesquelles des records de températures ont été enregistrés, 1998 n’a pas été l’année la plus chaude jamais enregistrée. Différents rapports climatologiques ont en effet démontré que l’année 2005 a été plus chaude que 1998. Qui plus est, les données relatives à la température globale de la terre de 2008 à 2010 démontrent que cette dernière augmente d’année en année.

Par ailleurs, bien que nous aimions voir les records battus, ces derniers nous apprennent peu de choses sur les tendances à long terme et sur des changements climatiques. Ces tendances apparaissent seulement en regardant toutes les données recueillies, et ce, à l'échelle mondiale tout en tenant compte des autres variables qui peuvent également influencer le climat – par exemple les effets de phénomènes océanographiques comme El Nino ou l’activité solaire. Pour établir une tendance, il ne faut donc pas s’abreuver seulement à la seule source de données qui confirme une position, mais également considérer les données qui pourraient contredire celle-ci. Plus les sources données sont nombreuses, plus les tendances qui pourront en être déduites seront fiables. Nous avons souvent tendance à nous concentrer sur notre réalité immédiate lorsqu’il s’agit d’établir des tendances. Il fait plus froid qu’à la normale dans une région, on en déduit que le climat se refroidit. Il fait plus chaud, on en déduit le contraire. Ce qu’il faut garder en tête c’est que l’existence du réchauffement climatique ne se mesure pas au niveau local, ni même national, mais à partir de données recueillies sur la surface du globe.

On se concentre en fait trop souvent sur la température de l'air alors qu’il existe d'autres indicateurs plus utiles pouvant donner une meilleure idée de la rapidité avec laquelle notre planète se réchauffe. Les océans par exemple — en raison de leur taille immense et de leur capacité à stocker la chaleur (appelée « masse thermique ») — ont tendance à donner une indication beaucoup plus « stable » du réchauffement planétaire. Les recherches relatives à l’évolution des températures des océans indiquent d'ailleurs que la Terre se réchauffe à un rythme soutenu. Ceci était vrai avant 1998 et aucun signe de ralentissement n’a été observé depuis (figure 1).


Figure 1 : Total de la chaleur contenue sur la Terre (Murphy 2009). Les données océanographiques proviennent de Domingues et al 2008. Land + Atmosphère Heating comprend la chaleur absorbée pour faire fondre la glace.


La planète a donc continué à accumuler de la chaleur depuis 1998 et tout porte à croire que le réchauffement climatique se poursuit. L'atmosphère se réchauffe, les océans accumulent de l'énergie, le sol l’absorbe et la glace, en faisant de même, se met à fondre.

Translation by John Cook, . View original English version.



The Consensus Project Website

TEXTBOOK

THE ESCALATOR

(free to republish)

THE DEBUNKING HANDBOOK

BOOK NOW AVAILABLE

The Scientific Guide to
Global Warming Skepticism

Smartphone Apps

iPhone
Android
Nokia

© Copyright 2014 John Cook
Home | Links | Translations | About Us | Contact Us