Climate Science Glossary

Term Lookup

Enter a term in the search box to find its definition.

Settings

Use the controls in the far right panel to increase or decrease the number of terms automatically displayed (or to completely turn that feature off).

Term Lookup

Settings


All IPCC definitions taken from Climate Change 2007: The Physical Science Basis. Working Group I Contribution to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Annex I, Glossary, pp. 941-954. Cambridge University Press.

Home Arguments Software Resources Comments The Consensus Project Translations About Donate

Twitter Facebook YouTube Pinterest

RSS Posts RSS Comments Email Subscribe


Climate's changed before
It's the sun
It's not bad
There is no consensus
It's cooling
Models are unreliable
Temp record is unreliable
Animals and plants can adapt
It hasn't warmed since 1998
Antarctica is gaining ice
View All Arguments...



Username
Password
Keep me logged in
New? Register here
Forgot your password?

Latest Posts

Archives

Y a-t-il un consensus scientifique sur le réchauffement planétaire?

Ce que dit la science...

Le fait que les humains soient la cause du réchauffement planétaire est la position prise par les académies des sciences de 19 pays, en plus de plusieurs organismes scientifiques qui étudient la climatologie.  Plus particulièrement, 97% des climatologues actifs en recherche appuient le consensus.

L'argument sceptique...

Le Petition Project a recueilli plus de 31 000 signatures de scientifiques sur une pétition proclamant "qu'il ni a pas de preuve scientifique convaincante que l'émission de dioxyde de carbone par les humains va, dans un futur rapproché, causer un réchauffement catastrophique de l'amosphère terrestre." (Petition Project)

Les Académies des sciences de 19 pays ainsi que de nombreuses organisations scientifiques étudiant les sciences du climat ont conclu que les humains étaient responsables du réchauffement climatique. Plus précisément, environ 95% des chercheurs étudiant le climat et publiant des articles sur le sujet partage cette position.

Inévitablement, il y a des scientifiques qui sont sceptiques lorsqu'il est question du réchauffement climatique d'origine humaine. En 2009, on a posé à 3146 scientifiques de la terre (plus de 90% des participants avaient un doctorat, et 7% avaient une maîtrise) la question suivante : «Pensez-vous que l'activité humaine est un facteur important dans l'évolution des températures moyennes mondiales?" (Doran 2009). Dans l'ensemble, 82% des scientifiques ont répondu « oui ».

Cependant, ce qui est le plus intéressant c'est que les réponses variaient par rapport au niveau d'expertise en climatologie. Parmi les scientifiques non-climatologues ne publiant pas de recherche sur le sujet, 23% ont répondu «non». En revanche, seulement 2,5% des climatologues ayant étudié et publié des recherches sur le changement climatique ont répondu «non».

Il appert donc que plus un chercheur est actif dans le domaine de la climatologie et qu'il se spécialise dans cette matière, plus il est convaincu que l'activité humaine peut influencer le climat.


Figure 1: Réponse à la question «Pensez-vous que l'activité humaine est un facteur important dans l'évolution des températures moyennes mondiales?" (Doran 2009) . Les données «grand public» proviennent d'un sondage Gallup mené en 2008 .

Le plus frappant est le fossé entre les experts du climat (97,4%) et le grand public (58%). Le document conclut:

"Il semble que le débat sur l'authenticité du réchauffement climatique et le rôle joué par l'activité humaine est en grande partie inexistant chez ceux qui comprennent les nuances et la base scientifique des processus climatiques à long terme. Le défi semble de trouver une manière de communiquer efficacement ce fait aux décideurs et à un public qui continue à percevoir, à tort, l'existence d'un débat entre les scientifiques. "

Ce large consensus parmi les experts du climat a été, par ailleurs, confirmé par une étude indépendante recensant tous les climatologues ayant signé des déclarations publiques soutenant ou rejetant le consensus. Cette étude a permis de constater qu'entre 97% et 98% des experts du climat soutenaient le consensus (Anderegg 2010). En outre, lorsqu'on utilise le nombre de publications de chaque chercheur comme une mesure de leur expertise dans la science du climat, on constate que le nombre moyen de publications par les scientifiques sceptiques est d'environ la moitié du nombre de celles produites par des scientifiques convaincus. Il semble donc y avoir un écart considérable en matière d'expertise entre les deux groupes.



Figure 2: Répartition du nombre de publications totales sur le climat de chercheurs convaincus par la preuve du changement climatique anthropique et ceux peu convaincu de l'existence de telles preuves (Anderegg 2010).

Translation by Claude Lachance, . View original English version.



The Consensus Project Website

TEXTBOOK

THE ESCALATOR

(free to republish)

THE DEBUNKING HANDBOOK

BOOK NOW AVAILABLE

The Scientific Guide to
Global Warming Skepticism

Smartphone Apps

iPhone
Android
Nokia

© Copyright 2014 John Cook
Home | Links | Translations | About Us | Contact Us